Au bord du fleuve

Samedi 24 Avril (plus tard)

Le crépuscule s’étend sur la Dasaswamedh Ghât. Et comme chaque soir, les Indiens présents dans la ville s’y réunissent pour prier et décorer le Gange de bougies flottantes.


On flâne sur la place, regardant les préparatifs de fleurs se faire petit à petit. C’est aussi le moment que certains enfants (et bien sûr d’autres adultes !) se mettent à travailler, proposant avec insistance cartes postales, un service de bateau ou encore de la soie. Un de leurs trucs, c’est de prendre votre main et de commencer un massage pour le moins sportif. Si vous laissez faire… ce petit aperçu deviendra vite payant ! Avec une main mal en point en prime (enfin, sauf si vous aimez ça) ! A noter que les versions massage de crâne ou de dos existent également.

La même version existe aussi niveau bateau, et Sam est bien vite débordé par le nombre de propositions et réussira à être tranquille le moment où il aura « réservé » un bateau pour demain matin, à l’aube.

Une étrange effervescence plane au-dessus de nous. Certains se plongent dans le Gange, d’autres s’installent en bateau pour admirer depuis le fleuve les prières des prêtres hindous faisant danser encens et clochettes.


Le spectacle semble émaner d’un autre temps. On a peine à croire qu’il a lieu tous les soirs ! Le fleuve se pare de lumières qui vont plus ou moins loin…


Et on en profite pour retourner au ghât des crémations. L’atmosphère y est soudainement beaucoup plus austère qu’en plein jour, les feux flamboient tandis que les défunts ne cessent d’arriver. Au loin, dans ce bûcher, on devine parfois la silhouette humaine qui va rejoindre son dernier lieu.

Après ce spectacle peu ordinaire, nous retournons nous coucher à la guesthouse après un repas au restaurant se trouvant au-dessus. Une de nos dernières nuits sur le sol indien…