Le Golden Circle

Lundi 19 Juillet (dans l’après-midi)

Bien détendus après nos trois heures de barbotage au Blue Lagoon, nous reprenons la route pour nous lancer vers de nouveaux horizons.

Notre route nous entraîne sur la trace du Golden Circle, « le tour touristique » d’Islande. Si vous n’avez que peu de temps à passer sur l’île, on vous proposera cette excursion, souvent en bus ou autre. Enfin, nous, nous sommes en voiture, et nous avons décidé de nous y rendre par les pistes plutôt que la grande route. Cela nous permet une agréable pause-repas au bord du lac Herdisarvik. Nous avons tout le loisir d’observer les eaux bleues, les moutons à la fois curieux et craintifs, et les essais de décollage d’un parapente.


Nous poursuivons de plus en plus vers le nord. On longe le lac Thingvallavatn, tout simplement grand et magnifique. Et plus loin…


Nous découvrons un torrent d’eau chaude ! L’eau fume et pourtant, elle est claire, cristalline. A la voir, on dirait qu’elle est plus que fraîche, provenant peut-être des glaciers…. Hey non ! Elle provient du centre de la Terre ! De nouveau, on aperçoit au loin une centrale géothermique. Cela devient habituel : une source d’eau chaude est pratiquement toujours exploitée sur ce sol sauvage. Quelques arrêts encore pour observer une vallée, ou encore un autre magnifique panorama. On zigzague entre les moutons sur la route tandis que nous atteignons notre première étape de ce fameux Golden Circle : j’ai nommé Thingvellir !

Thingvellir est un lieu très important dans l’histoire de l’Islande. C’est ici qu’a été proclamée en l’an 1000 la démocratie, toujours en vigueur actuellement. Le parlement composé de Vikings à l’époque est nommé l’Athling, eh bien, oui, ce parlement porte toujours ce nom. C’est pourquoi on l’appelle la plus vieille démocratie d’Europe. L’Athling se réunissait aussi à Thingvellir pour prendre leurs décisions, mais ce lieu est aussi remarquable pour autre chose…


Oui, en arrivant à Thingvellir, c’est son énorme fossé. Une brèche entre deux falaises où l’on peut s’y promener librement. Mais cette brèche est bien plus qu’un caprice de la Terre. Voici de nouveau la séparation des plaques tectoniques. Nous marchons directement sur ce frottement terrestre se mouvant au gré du flot du manteau de notre chère planète. Nous prenons plaisir à marcher dessus, à observer les énormes trous par-dessus lesquels nous sautons pour avancer, et puis… nous reprenons la route.

On traverse allègrement le parc naturel de Thingvellir, zone protégée pour toutes les raisons citées ci-dessus, et nous découvrons au gré de notre périple une ancienne demeure. Enfin « demeure », c’est vite dit. Laugarvatnshellir est une très vieille habitation dont il ne reste pas grand-chose, mais sa particularité est le fait qu’elle est encastrée dans le flan de la montagne. On y découvre des restes de feux, des graffitis de toutes sortes, ceux venant marquant leur passage et à présent, l’habitation sert de bergerie occasionnelle. 300 moutons peuvent y trouver refuge par mauvais temps !

Mais notre excitation augmente. Au loin, on aperçoit un énorme jet d’eau. Geysir n’est plus très loin ! Et nous arrivons dans la soirée dans ce tout petit lieu qui a donné vie au nom « geyser ». Geysir, c’est le lieu unique d’Islande où l’on peut admirer les geysers.

Enfin, « les geysers », je veux dire LE geyser encore en activité. Hey oui, l’activité terrestre est capricieuse et le grand geyser du nom de Geysir est au repos. On ne peut voir que son énorme cratère rempli d’eau. Je n’ose imaginer ce que cela peut donner de le voir surgir d’un coup.


Ici, la vedette s’appelle Strokkur. C’est un geyser actif et très régulier. Il produit une poussée d’eau de 20 à 30 mètres toutes les 5 à 10 minutes environs. On peut s’en approcher de très près, s’asseoir sur un banc ou attendre.
Mon conseil : faites attention à la direction du vent ou vous pouvez rapidement vous faire asperger d’eau bouillante ! Elles peuvent atterrir assez loin du cratère central.

Mais le spectacle est ahurissant : l’eau bouillonne et forme comme un dôme avant d’exploser en hauteur. C’est un moment d’expectation, d’excitation, de toute beauté. Une symphonie d’eau, un peu magique et on se demande comment une telle merveille peut naître en ce bas monde… Comme quoi, tout n’est pas gris dans la vie !

Le lieu possède de nombreuses marmites, des mini geysers ou encore des trous d’eau chaude d’un bleu incroyable. Très accessible et agréable, on ne peut que le recommander et aussi d’en profiter : ne vous attendez pas à voir d’autres geysers en Islande !

Enfin, il est temps pour nous de trouver un campement. Nous terminerons notre Golden Circle demain. Il se fait trop tard. Nous dépassons Gulfoss pour être tranquille et de nouveau au milieu de nulle part avec pour seuls compagnons le vent, le ciel et la terre.