A l’ouest de l’Europe


Lundi 2 Août

Aujourd’hui, nous terminons notre « Djùp » en entrant dans Isafjordur, la capitale de cette partie de l’Islande. Il s’agit (comme beaucoup de villes islandaises en fait) d’un port et on espérait y faire quelques courses.
Sauf qu’aujourd’hui, en Islande, c’est férié ! Tout est fermé, mis à part peut-être la minuscule station-service du coin. La ville est comme morte, et on ne croise que les passagers du Boréal, qui se promènent lors d’une escale !
Pas grand-chose à voir, alors nous poursuivons notre voyage…

On repart vers Thingvellir, puis vers les chutes de Dynjandi.
Il s’agit d’une énorme chute d’eau d’une centaine de mètres qui s’éparpillent ensuite en une dizaine de chutes plus petites, et nous nous baladons à son pied sous la fine pluie qui nous suivra toute la journée…



Plus au sud, on s’arrêtera au fin fond du fjord Reykjarfjördur où nous attend une piscine d’eau chaude complètement gratuite. Ce qui est pour le moins rigolo, c’est qu’on ne rencontre personne dans les villes ou sur la route, et là, sur ce minuscule point sur la carte, on a l’impression qu’il y a foule ! Bon, que des touristes, certes, mais cela n’empêche pas de rencontrer quelques âmes qui vivent, ce qui fait du bien !

On fait trempouille et on repart, en prenant dans nos bagages une jeune Française qui faisait du stop pour rentrer sur Bildudalur. Elève infirmière, elle profite de ses vacances pour faire le tour du Canada puis de l’Islande.

Nous la laissons à son auberge de jeunesse avant de repartir vers notre but de la journée : Latrabjarg !

La route est magnifique et déserte. Nous découvrons des plages de sable doré et une mer turquoise digne des Caraïbes. Quel dommage que le temps ne rende pas justice à ce paysage de rêve !



Mais ça y est ! Nous avons atteint le point le plus à l’ouest de l’Europe ! Latrabjarg ! Et ses nichées de macareux !
Nous sommes sur une énorme falaise où le camping est interdit (les autorités ont peur que les tentes s’envolent avec les personnes dedans, tellement le vent peut être fort) et les macareux sont au rendez-vous. On peut s’en approcher très près sans que ces petites bêtes n’aient peur ! C’est tout simplement incroyable, on pourrait tout simplement les attraper à la main !



Mais le soir est déjà là, et puisque nous ne pouvons camper sur la falaise même, nous voici repartis pour aller… juste derrière cette dernière ! Hey oui…. Les autorités islandaises ont même mis des toilettes et un lavabo dans ce « camping » gratuit pour que les gens viennent dormir en sécurité. Nous sommes tout près d’un ancien village de pêcheurs et profitons du doux ressac de la mer pour fermer nos yeux…