Retour à Reykjavik

Samedi 7 Août

Il a plu toute la nuit ! Mais miraculeusement, une accalmie nous a laissé le temps de ranger la tente ce matin !

Sur la route, nous découvrons un peu par hasard Deildartunguhirer, petit lieu où est extraite l’eau qui chauffe tout Akranes ! L’eau sort bouillante, et il y a plein de serres dans le coin. Il y a même quelques tomates islandaises à acheter ! Pour à peine 200 couronnes ! Une aubaine, une affaire ! On encourage les cultures locales, enfin !


Au prochain arrêt, nous essaierons d’aller voir la cascade de Glymur. En fait, une balade s’impose, la dame est cachée aux regards de la route. Mais c’est charmant ! Au programme : crapahutage en hauteur, équilibre sur des rondins…. Tout cela est superbe, et on finit par une belle récompense : la voilà en face de nous la cascade la plus haute d’Europe !


Reykjavik nous attend. On commence ce retour à la capitale par la visite du Saga Museum dans l’ancien réservoir géothermique de la ville. Le musée ressemble un peu à notre Grévin, les scènes saisissantes de réalisme racontent l’histoire des sagas islandaises, c’est-à-dire, l’histoire des origines de ce pays. De plus, nous avons droit à un audioguide en français très bien fait.


On peut également monter tout en haut du bâtiment pour admirer le panorama de Reykjavik, belle vision ! D’ailleurs, on peut voir aussi des geysers artificiels. C’est une idée sympa même si ça ne vaut pas les vrais !

On se rend dans le centre-ville où on tombe en plein dans la gay-pride ! Nous n’arrivons qu’à la fin, dommage, mais il y a foule et tout le monde est de sortie ! Ca ressemble un peu à une fête nationale ! Où tout simplement que les Islandais prennent le moindre prétexte pour faire la fête ! Nous faisons un peu de shopping dans le vieux centre et une balade sur l’ancien port pour voir ce que les agences de whale watching proposent. C’est beaucoup plus cher qu’à Husavik !

Nous retournons à notre premier camping (le seul de Reykjavik de toute façon) pour planter notre tente pour les deux dernières nuits. Demain, nous avons un programme assez chargé !