En partance pour Tioman

malaisie_10

Lundi 18 Avril

Mince alors, on dort jusqu’à la coupure quotidienne de courant, soit 9H30 ! Encore mieux que la veille niveau sommeil ! Mais on en profite, c’est notre dernière matinée sur les îles Perhentian…

Nous bouclons tous nos bagages, nous nettoyons notre chambre, et on met tout près de l’embarcadère, attendant notre bateau qui nous ramènera sur le continent… Petit déjeuner à l’hôtel puis lecture à l’ombre, dans un hamac ou une chaise longue ! Le repas du midi est déjà là avant de reprendre notre lecture, la meilleure façon d’attendre !

Vers 15H30 voire 16H, on vient nous chercher grâce à nos billets « open », et après être passés chercher d’autres passagers voulant revenir sur la terre ferme, nous repartons pour Kuala Besut. De là, on rencontre des Allemands qui veulent eux aussi se rendre à la gare de Jerteh, une gare de bus. A quatre, le trajet en taxi est plus rentable, même si je ne suis pas sûre que le gars soit vraiment taxi de profession… Jerteh est à 10 Km de l’embarcadère de Kuala Besut, pour le coup, ce n’est pas vraiment pratique d’enchaîner les deux, mais comme quoi, ça se fait !

Arrivés à la gare, on se renseigne pour le prochain bus partant pour Mersing. Mauvaise surprise, il n’y a pas vraiment le choix sur les horaires, et pas moyen de négocier les prix ! 48 Rm par personne et le départ n’est qu’à 21H30 !

Pour le coup, on a le temps d’attendre et le cadre est bien moins agréable : une ville paumée… Pour tuer le temps, on la visite quand même, enfin surtout son café-internet. Pour le trouver, on demande sur le marché où on achètera des mangues et des « jungle fruits » comme ils disent. En fait ce sont des zalaccas. Je ne connaissais pas du tout mais qu’est-ce que c’est bon ! La chair du fruit se trouve dans une petite coque rouge pleine de pics, et il y a un petit goût de cassis acide. Juteux mais pas trop, c’est rafraîchissant et vraiment, on aurait dû en prendre plus !

Zalaccas

Enfin finalement, on le trouvera le café-internet du coin : dans l’hôtel de luxe du coin (mais qui n’a pas de toilettes dixit l’employé quand on lui a posé la question !). On y passera une petite heure avant d’aller manger dans un hawker, ces endroits où se pressent les étalages ambulants de restaurant. Il y a même des télés allumées sur leurs échoppes !

Hawker à Mersing

Et de nouveau l’attente… Ah, qu’elle est longue cette attente, à zieuter le moindre bus pour savoir si c’est le nôtre… Ca y est, le voilà finalement ! Comme d’habitude, il est surclimatisé, bienvenu polaire ! L’arrivée à Mersing est prévue pour demain matin, 7H00 !