Tioman, entre plage et jungle

malaisie_11

Mardi 19 Avril

Finalement, le bus ne s’arrêtera pas à 7H00 à Mersing, non ! Il s’y arrêtera à 5H00 ! La nuit fut donc courte et nous devons marcher à pieds jusqu’à l’embarcadère où, surprise, le bureau de vente des tickets pour le bateau est déjà ouvert !

Le premier ferry part à 7H30 et après s’être enregistré au comptoir, nous nous installons dans nos sièges où nous en avons pour 1H30 de traversée. L’île Tioman se mérite !

Le ferry fait plusieurs arrêts, et vous descend là où vous souhaitez aller, donc… avant de le prendre, il est plus judicieux de savoir dans quel hôtel vous souhaitez vous arrêter ! Nous avons choisi pour notre part Panuba, un des hôtels les plus au nord de l’île.

Nous sommes assez surpris à l’arrivée. Petit embarcadère en bois, bungalows sur pilotis, des vacanciers un peu partout, une mer aux eaux turquoises… L’allure village de vacances est au rendez-vous, ça se sent que l’île Tioman est beaucoup plus visitée que les îles Perhentian ! Le petit air familial de notre pension est bien loin, ici, nous sommes à l’usine à touristes !

On loue donc un bungalow, le moins cher possible. Soit 55 Rm par nuit : pas de clim et pas d’eau chaude, mais on a un ventilo, des toilettes et une douche quand même ! Ca fait environ une semaine et demie qu’on se lave à l’eau froide, ce n’est pas ça qui va nous faire fuir (surtout que la chambre au prix juste au dessus est de 80 Rm, ça fait réfléchir !).

On découvre donc notre chambre, un bungalow situé sur les hauteurs, face à la mer, sans voisins à côté. Parfait ! On se rafraîchit (en testant notre douche) puis, nous allons manger au restaurant de l’hôtel, avant de faire une petite randonnée dans la jungle d’environ 40 minutes.

Monkey Beach

Tout cela pour arriver à une plage du nom de Monkey Beach. Bon, cette plage, elle se mérite, parce que ce n’est plus une balade dans la jungle pour y arriver, non. Il faut jongler entre les racines, les chutes et le sauna constant. Sam y arrive avec facilité, on dirait qu’il est né pour faire ça : pas une goutte de transpiration, pas de chute, pas de glissade et en plus, il le fait en tongs ! A côté, j’ai l’impression de ressembler à un hippopotame déshydraté balafré…

Pas grand-monde à Monkey Beach (en fait, on s’est trompé de dix minutes de marche, Monkey Beach était encore un peu plus loin). Mais cela n’empêche pas Monsieur d’aller faire du snorkelling au loin. Pas beaucoup de poissons, et tous très distants de la plage, donc à vos palmes !

Je renonce pour ma part assez vite. Les ampoules éclatées et l’eau salée ne font pas bon ménage. Mon pied a donc tendance à me brûler très rapidement : je m’installe pour lire et dormir après le mini périple pour venir jusqu’ici.

Monkey

C’est sans compter sur la faune locale. « Monkey »… Ca vous dit quelque chose ? Eh bien, un singe viendra nous render visite. De très près… Il est bien curieux de voir ce qu’il y a dans nos sacs. De mes souvenirs de Chine, les singes deviennent assez vite agressifs lorsqu’on les nourrit ou lorsqu’on leur refuse ce qu’ils veulent, ils peuvent très vite attaquer, donc méfiance. Heureusement, l’Homme va montrer ce dont il est capable en langage singe (comme quoi les hommes et les singes.. hum… ) et nous nous en sortirons sans aucun bobo.

Jungle de Tioman

Nous repartirons finalement par la jungle, et nous dépasserons Panuba pour aller jusqu’à la plage ABC pour se renseigner sur les offres de snorkelling locales pour aller jusqu’à la Coral Island (où personne ne vit mais tout le monde vient observer les poissons). 85 Rm par personne, et la concurrence s’est mis d’accord ! Encore une fois, la comparaison avec les îles Perhentian est rude, nous en avions eu pour 35 Rm par personne seulement. Difficile de ne pas faire la moue.

Le soleil est sur la pente descendante et nous rentrons à Panuba par la jungle une nouvelle fois. Douche, repas et soirée tranquille avant de dormir pour être en pleine forme le lendemain !