A nous l’Afrique !

Les Pièces Rapportées

Jeudi 14 Juillet

Savoir si l’on allait partir ou non cette année fut tout un roman photo à suspense ! Que de péripéties !
En février, nous prenons nos billets d’avion en passant par Afriqiyah Airways, la compagnie d’avions lybienne qui propose des tarifs vraiment avantageux. Sauf que quinze jours plus tard, la guerre est déclarée en Lybie ! Nous espérons que le conflit se règle assez vite, comme pour les autres pays arabes, mais que nenni !
La guerre se prolonge, les employés d’Afriqiyah sont au chômage technique, plus personne n’est dans les bureaux, ni ne répond au téléphone. Les avoirs de la compagnie sont bloqués par l’OTAN, de ce fait, aucune demande de remboursement n’est possible.

Et le temps passe… Juin approche. Partons-nous ? Mais si nous partons, il faut prendre de nouveaux billets, une dépense en plus. Tout le monde est partant ? Tout le monde peut financièrement ?

Car nous ne partons pas à deux seulement cette année ! Nous embarquons dans notre périple Christophe, le cousin de Sam, et Nadège, ma petite sœur.
Après maintes discussions sur plusieurs jours, le choix est fait. Nous repartons. Et nous payons plein pot quatre billets de Kenya Airways.

Cet aller est un peu particulier, nous faisons une escale à Nairobi, de nuit, durant une douzaine d’heures. Mais peu importe, le retour direct se faisant avec AirFrance, on se dit qu’un aller pourri, ça peut passer….

De ce fait, nos pièces rapportées, Christophe et Nadou, sont arrivés la veille chez nous. Nous avons refait maintes et maintes fois les bagages. Pas plus de trois gros sacs à dos. On enlève des choses, on négocie, on en rajoute, on échange. Et enfin, on arrive au compromis final ! Tout le monde peut aller prendre quelques heures de repos avant le trajet final pour l’aéroport Charles de Gaulle !

Dernières vérifications de bon matin, et c’est parti ! Nous voici dans le RER. Une heure plus tard, à l’aéroport, au dépose-bagages du comptoir de Kenya Airlines. Sam doit s’enregistrer car bizarrement, il n’avait pu le faire sur internet alors que tout le monde passait… Il en profite également pour demander à l’hôtesse si quelque chose est prévu pour nous durant l’escale de nuit à Nairobi. Surprise ! Nous avons droit à l’hôtel et au repas du soir. L’hôtesse nous informe gentiment qu’un monsieur viendra nous donner un papier à présenter à l’escale ainsi que quelques détails.

Alors que nous attendons pour embarquer, le monsieur vient enfin nous voir. Il nous explique que pour profiter de l’hôtel, il faudra payer chacun 20 euros pour le visa du Kenya. Nous emportons le papier, ne sachant pas encore quelle décision prendre, on verra sur place.

A vrai dire, ça n’est pas tout rose, ce vol de 8H… Nos télés ne fonctionnent pas vraiment que ça soit au niveau de l’image ou du son (inexistant) et nous avons affaire à une hôtesse qui nous oublie, qui nous snobe et qui est aussi aimable qu’une porte de prison….

Champs Circulaires près de Nairobi

Nairobi, enfin.
Finalement, nous avons décidé d’aller à l’hôtel malgré le coût des visas. Et là, la patience est mise à rude épreuve : quelle lenteur ! Ces messieurs de la douane montent tout un dossier sur chaque entrant avec photo, empreintes digitales et tout… Pour quatre heures… on espère ne pas faire trop de bêtises dans l’espace de ce temps imparti !!

Une fois sortis, on prend la navette de la compagnie de l’hôtel (Intercontinental il me semble) qui nous dépose juste à la porte. Et wha ! Hôtel grand luxe ! Impressionnant !

On nous sert dans les fauteuils boisson et hamburger 5 étoiles, si bien servis que l’on n’arrive guère à finir nos assiettes copieuses….
Minuit déjà…. Nous grimpons dans nos chambres, spacieuses et confortables, avec plein d’échantillons de thé, de café, de sel, de sucre, de poivre, de crème, de savon, de shampoing, de lait pour le corps, et d’après-shampoing… Et on embarque tout dans les poches !
Il nous reste peu de temps pour dormir, mais au moins, on dormira bien et confortablement !