Croisière sur la rivière du parc Chobe

Passage de frontière

Vendredi 5 Août

Adieu la Namibie, bonjour Botswana !

Nous passons le poste frontière aujourd’hui, et si quitter la Namibie est très rapide, on tarde un peu à entrer au Botswana. La raison à cela ? Eh bien, les fruits et les légumes ne passent pas la frontière, mais nous avons droit de manger ces derniers sur place ! Voilà une orgie de tomates, d’oranges et de bananes pour commencer la journée (et dire que nous venions de faire les courses !).
Enfin… Les produits frais n’ont pas le droit de passer la frontière… C’est vite dit : il nous a laissé le sac de pommes de terre (pourtant bien en évidence dans le coffre), les carottes, les pommes et la viande… Comme quoi hein… C’est plus une formalité qu’autre chose.
Nous aussi, nous devons marcher sur une espèce de tapis imbibé de javel pour « désinfecter » nos chaussures. A quoi ça sert ? Normalement à ne pas importer de bactéries, mais comme nous remarchons sur les endroits infectés ou même nous remontons dans notre voiture où nos chaussures « sales » ont laissé leurs empreintes… Drôle de contrôle ! Surtout que les pneus de la voiture également doivent être désinfectés !

Enfin, on a notre tampon et c’est le plus important !

Eléphants qui traversent la route

On traverse ainsi le parc de Chobe (c’est le moment de le visiter gratuitement pour ceux qui ont des 4×4 !) et c’est ainsi que sur la route, nous verrons nombre de singes, de zèbres et d’éléphants traversant la route avant de rejoindre la ville de Kasane où nous prenons de l’argent, et nous déposons notre tente dans un camping pour finir par se renseigner sur une boat cruise dans le parc Chobe. Allez, hop, inscriptions faites, départ à 15H, 220 larmes botswaniennes par personne (ce qui comprend les droits d’entrée dans le parc).

Maintenant que les préparatifs de la journée sont prêts, on se pose au camping pour manger et se reposer avant l’heure fatidique.

L’heure a sonné !! Nous embarquons sur des petits bateaux en compagnie d’un groupe d’Italiens et partons sur la rivière.

C’est fou tout ce qu’on peut voir depuis l’eau plutôt qu’en voiture ! Des fois, de loin, on voit un 4×4 s’approcher, essayant d’apercevoir ce que nous, nous voyons en gros plan ! C’est-à-dire tous les animaux barbotant près des rives, ceux qui viennent boire ou tout simplement les oiseaux d’eau. Les éléphants s’arrosent à cœur joie tandis que les crocodiles se prélassent au soleil, la gueule grande ouverte histoire de réguler leur température intérieure.

Crocodile avec une belle gueule

Les hippopotames engloutissent leur repas non sans se chamailler parfois, tandis que nous voyons nos premiers kobs (des roseaux et à croissant). Pas de léopard venant boire au crépuscule, mais s’il y a une activité qu’il faut faire au parc Chobe, c’est bien celle-là, de préférence l’après-midi quand les animaux viennent boire dans une journée d’hiver réchauffée par le soleil.

Hippo qui mange

Les 3H passent si vite… On observe les différents martins-pêcheurs construire leur nid, dont l’espèce pygmée. Ils sont vraiment minuscules ! On dirait des colibris ! Et nous rentrons, yeux satisfaits, bien fatigués, nous émerveillant des phacochères qui circulent dans la ville à la recherche de nourritures, peu effarouchés par les humains qui les laissent faire en paix.

Minis Martins-Pêcheurs

Mauvaise surprise en rentrant au camping : l’endroit est bondé ! Heureusement, des éléphants viennent manger juste à côté de nous, ce qui nous offre un beau spectacle durant notre propre repas. Il faut savoir que le mot d’ordre au Botswana est « Pas de frontière pour les éléphants ! ». Ces derniers peuvent circuler n’importe où, et je ne suis pas sûre que ce soit le mince fil barbelé qui peut les arrêter le cas échéant…. Enfin, la journée fut longue, il est temps de dormir pour de nouvelles aventures demain matin !