Le Pan de Nata

Elephant qui mange

Samedi 6 Août

Drôle de nuit ! Un peu angoissante, même si toutefois reposante. En pleine nuit, nous nous sommes réveillés en entendant un éléphant manger les feuilles de l’arbre sous lequel nous avions levé notre tente. Il était tout prêt. On l’entendait mâcher, se déplacer… Sans compter les barrissements ! On se demandait toutefois s’il allait nous écraser, mais aucun de nous n’a eu le courage de vérifier vraiment à quelle distance il était de peur de le surprendre et qu’il écrase réellement notre tente !

Mis à part ça, les installations du camping sont vraiment très moyennes : dès que quelqu’un vient faire sa vaisselle, le jet des douches n’est plus qu’un pipi de chat tout froid ! Sans compter qu’il n’y a aucune porte pour séparer les douches et l’extérieur. On se demande pourquoi ils séparent hommes et femmes dans ces cas-là puisque nous sommes libres d’aller regarder comment ça se passe de l’autre côté…

Bref, heureusement, nous ne restons pas dans le coin et nous nous dirigeons vers le sud, vers Nata.

Après une longue route désastreuse (du goudron plein de nids de poule, de trous divers et variés, les pires !), on s’arrête dans la ville pour se choisir un repas du midi ! Saucisses de koudou avec une espèce de purée de maïs pour les garçons, et viande hachée pour les filles qui se révélera immondément salée ! Immangeable ! Même pour moi (et c’est pas peu dire !). Enfin, on peut peut-être expliquer cela par le fait que les habitants ont toujours vécu de l’exploitation du sel, chose rare dans la région, grâce à un salar non loin de là.

Nous allons jusqu’au Nata Sanctuary, un camping où on peut installer nos tentes sans souci. Il s’agit également d’un parc national où s’étend un immense pan blanc. Si dans notre guide on nous présentait la chose comme une balade de 7Km aller, puis 7Km retour, sachez qu’il est possible d’aller au cœur de ce pan en voiture !
Bien nous en a pris de choisir cette option, car les explications de l’hôtesse pour se rendre au pan ne sont pas claires du tout, et il n’y a aucune indication pour s’y rendre ! On a dû en faire des allers et retours au milieu de nulle part avant de finalement arriver à la plateforme d’où on peut observer le soleil couchant.

Troupeau de vaches au loin

Enfin, avant que le soleil ne se couche, nous avons quelques heures, et nous décidons de nous promener au bord du lac salé. Nous irons saluer un troupeau de vaches accompagné d’un gnou solitaire avant de faire demi-tour (on en profite pour ramasser du bois). Et comme nous sommes seuls, on décide de s’installer sur la plateforme pour jouer au Munchkin en attendant le crépuscule.

C’est d’ailleurs pile à ce moment-là qu’on se fait envahir par une horde de 4×4 !

Heureusement, malgré tout, on arrivera à profiter des splendides lueurs violettes que prend le lac, des flamands roses volant devant l’astre brûlant…

Soleil couchant sur le Pan

La nuit s’installe et on revient sur notre campement, déjà installé. On se précipite sur les douches, car celles-ci sont solaires, et on sait que tous les 4×4 vont venir s’installer dans le coin et pomper l’eau chaude ! Nous, en tout cas, nous serons propres, à bonne température, avant de se faire une bonne flambée pour le repas. On repartira même pour un munchkin avant d’aller se coucher !