Lionceaux au crépuscule !

Fonce Christophe !!

Lundi 1er Août

Nous changeons de camping aujourd’hui. Nous reprenons donc notre habitude de démonter les tentes après une bonne douche chaude (oui il vaut mieux la prendre le matin, le soir, il ne reste que de l’eau froide vu tout le monde qui y passe…).

Cette fois-ci, nous n’attendons pas au point d’eau à pieds, et prenons directement la route pour retourner à l’endroit où se reposaient les lions la veille. Les félins sont partis (c’était fort probable) et de nouveau, nous ne rencontrerons pas grand-chose durant deux bonnes heures.

Bébé éléphant tout petit

Jusqu’au moment où on tombe sur la route sur un troupeau d’éléphants qui comprend un minuscule bébé absolument trognon. On dirait qu’il a à peine quelques jours !

Bubale Roux

Et puis, alors qu’au loin on essaie de savoir s’il s’agit ou non d’un bubale roux, Christophe nous crie de s’arrêter vite ! Là, au loin, il a aperçu une lionne !

La lionne au zèbre

Il a de bons yeux, car il s’agit non moins de quatre lionnes, bien éloignées, qui sont en train de manger un défunt zèbre. On peut les voir de temps à autre échanger leur place car on suppose qu’elles gardent les lionceaux plus loin sous un arbre.
Malheureusement, il est assez frustrant de constater que nos zooms ne sont pas assez puissants pour faire de bonnes photos.

Nous repartons cette fois-ci au camping Okaukuejo avec dans la tête d’installer nos tentes quand tout le monde est encore sur les routes et de nous y poser pour manger notre repas de midi et faire évidemment le plein d’essence.

Manque de bol, alors que l’on s’arrête pour voir les cartes postales, on s’aperçoit au retour que notre pneu a crevé ! En fait, alors que nous faisions le plein à la station d’essence, un morceau de métal s’est fiché dedans.
On arrive à trouver quelqu’un qui peut le réparer sur place avec une espèce de pâte que le type enfonce dans le pneu au niveau du trou, et ça fonctionne, ouf !

Notre réparateur

Les cartes postales dans nos poches, le pneu réparé, on repart et faisons le tour des points d’eau des environs jusqu’à nous poser au point d’eau Chudob. Il paraît que c’est un bon endroit pour voir des léopards. Plusieurs personnes en ont vu là-bas.

Et là, dans les fourrés, on aperçoit un lion avec sa lionne bien cachée ! On l’observe un bon moment, puis nous repartons, la journée touchant à sa fin, l’heure de fermeture du campement approchant.
Et là, sur la route, déboulent pas moins de neuf lionceaux !

Les lionceaux

Ils jouent avec les bouses d’éléphants, sans grande crainte des véhicules environnants sous la bonne garde de trois lionnes (probablement la troupe du lion aperçu non loin).
Le spectacle est magnifique et on s’extasie. On s’attarde un peu, même sous la menace de l’amende, le soleil déclinant vite, c’est maintenant ou jamais qu’on peut les prendre en photo (et malheureusement le moment ne dure pas longtemps).

Nous devons partir. Nous ne sommes pas loin du campement, et nous faisons bien attention à ne pas être les derniers qui ferment la marche. Christophe au volant fonce comme jamais sur les pistes et on a peur à plusieurs reprises de se prendre un trou !

Ouf ! On arrive à rejoindre la gate avant sa fermeture et ce ne sera pas ce soir qu’on se fera gronder de nouveau.
Le camping est à présent plein à craquer. Heureusement que nous avions pris notre emplacement sur les coups de midi (c’est donc une technique que je recommande). Nous faisons un tour au point d’eau du camping sans grand succès, mais le spectacle des lionceaux reste bien vivant sous nos yeux, se demandant combien de personnes ont eu la chance de voir ce spectacle magique d’aussi près…