De la plage et du sable

Le réveil sur la plage est serein.

A présent que l’on est vraiment au Danemark, nous avons laissé le stress de la route derrière nous, vu que le port où nous embarquons demain n’est vraiment plus très loin.

On prend le petit déjeuner en regardant la mer, buvant nos dernières gouttes de lait avec un chocolat chaud ! En rangeant, on fait le point sur les choses qu’il reste à faire : refaire le plein d’eau, vider les eaux noires, faire le plein d’essence…

D’ailleurs, en parlant du plein d’eau… Cela fait longtemps que l’on est sur le réservoir 3. En effet, on essayait de calculer combien de temps on restait sur celui-ci, afin de savoir à peu près de combien de jours d’eau nous disposions. A cet effet, on avait fermé les manettes des réservoirs 1 et 2 (dont le niveau peut être consulté). Eh bien, devinez quoi ? On a fait tout l’inverse : on a fermé le réservoir 3 et ouvert les réservoirs 1 et 2 !

Bon, ben, tant pis pour nos calculs… On sait qu’à la place, on a deux réservoirs à remplir !

Remettons-nous en route malgré tout ! Sam s’amuse à prendre les petites routes, voir les pistes (majestueuses) du Danemark pour rouler près de la belle côté toujours sous le soleil radieux. Après quelques temps, nous nous arrêtons sur une plage beaucoup plus sableuse que celle de la veille à Draby Strad. Il ne faut pas beaucoup de temps aux garçons pour décider que ce serait chouette d’aller se baigner ! Les voici donc tous dans l’eau et on étire la baignade jusqu’à l’heure du repas, où après un bon pique-nique, il serait temps de se dé-saler pour retourner dans la voiture.

Histoire de prolonger le plaisir, Sam reprend de nouveau les petits chemins, afin de profiter du paysage, du temps magnifique pour faire des photos. On aperçoit même un serpent sur le chemin ! Cela change un peu des vaches !

Au final, il faut retourner sur l’autoroute, direction Hirtshals, où notre bateau nous attend. C’est sur une des aires d’autoroute où nous ferons les petites choses de maintenance du 4×4. Il y en a plusieurs gratuites, pas forcément toutes aussi pratiques, mais nous trouverons notre bonheur.

Hop, on reprend l’autoroute, et nous irons jusqu’à la ville portuaire pour faire le plein d’essence au « Bonus » en plein centre-ville, bien nous en a pris car, apparemment, nous l’apprendrons plus tard, les grosses stations en périphérie de la ville sont fréquemment prises d’assauts par tous ceux prenant le bateau, et elles étaient… vides ! En tout cas, nous n’aurons pas eu ce genre de soucis.

Enfin.. ! Plein d’eau fait, plein d’essence fait, vidage des toilettes fait ! Nous voici fin prêts pour le lendemain et l’Islande !

Pour le bivouac du soir, nous avons le choix entre un nouveau spot non loin de là, ou de reprendre celui qu’on avait utilisé il y a trois ans de ça lorsque nous sommes partis pour les îles Féroé. Bon, on essaie la nouveauté !

En route pour une petite demie-heure vers une immense plage de sable. Si immense que… les véhicules roulent sur le sable durant peut-être quelques kilomètres avant de choisir de se garer où ils le souhaitent presque les pneus dans la mer, et profiter du bruit des vagues ou au choix des conducteurs de se baigner, faire un peu de yoga, du kite ou juste de la bronzette.

Hop, les enfants en profitent pour s’ébattre dans les petites vagues si peu profondes qu’ils en sont rassurés. C’est le moment de s’éclabousser et de jouer les crocodiles, surtout qu’on peut rincer ces enfants à l’eau douce lorsqu’ils en ont eu assez. Bon, l’inconvénient, c’est que le sable commence à pas mal s’inviter à l’intérieur de notre habitacle et reste coller aux pieds. Mais on verra ça plus tard, car pour le moment, nous sommes rejoints par Jules (Billy the Def) et Manuelle qui prennent le bateau pour l’Islande en même temps que nous !

Apéro et papotage sont au rendez-vous ce soir, et c’est l’occasion de parler des différents plans pour l’été. La soirée est très désagréable et les couleurs magnifiques sur cette plage sans obstacles.

Bon, ce n’est pas tout ça, mais il va falloir s’occuper de ce sable collant aux pieds ! Une véritable organisation se met en place entre nettoyage de l’intérieur et nettoyage des pieds de chacun dans une petite bassine afin d’éviter d’emporter avec nous trop de sable du Danemark, et surtout pas dans les lits !

On s’endort, bien fatigués par cette journée, sans oublier de mettre une alarme pour le réveil le lendemain !

 

2 Thoughts on “De la plage et du sable

Répondre à Ju Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AlphaOmega Captcha Ecologica  –  What Do You See?